Initiative cantonale "Pour les transports publics gratuits": les Verts neuchâtelois se mobilisent!

Ça y est! L’initiative cantonale pour la gratuité des transports publics dans le canton de Neuchâtel est lancée! Les Verts neuchâtelois ont décidé, lors de leur précédente assemblée générale extraordinaire, de soutenir le texte qui s’inscrit dans la droite ligne de sa politique de mobilité: une mobilité axée davantage sur l’utilisation des transports publics que sur celle des véhicules motorisés individuels.

null

Sous l’impulsion d’un Comité d’initiative indépendant, composé de membres de tous bords, y compris de Verts, une initiative demandant la gratuité des transports publics dans le canton de Neuchâtel a été lancée il y a peu. 4’500 signatures sont nécessaires pour le dépôt du texte à la Chancellerie cantonale. 

Si vous souhaitez vous mobiliser, rien de plus simple! Vous pouvez vous inscrire via ce sondage! Il vous permettra de vous inscrire pour l’action "coup de poings" des 20 et 21 octobre prochains. Une fois l’inscription faite, merci de remplir ce tableau qui permettra d’organiser la récolte L’objectif est de réunir les 4’500 signatures en deux jours! A l’issue de ces deux jours de récolte, une fête sera organisée, le samedi soir, à l’Hôtel des Associations de Neuchâtel.


Vous pouvez également signer et faire circuler la feuille de signature et la retourner avant le 20 mars 2018 à:

Laurent Debrot
Midi 10
2052 Fontainemelon

Nous comptons sur vous!

  • La feuille de signature et son argumentaire en PDF
  • Le dossier de presse en PDF

Droit de vote à 16 ans sur demande: les Verts disent oui!

null


LES JEUNES VERTS SE SONT ASSOCIÉS AUX AUTRES PARTIS "JEUNES" DU CANTON DE NEUCHÂTEL POUR LANCER L’INITIATIVE "DROIT DE VOTE DÈS 16 ANS SUR DEMANDE"

ENCOURAGER LES JEUNES


Les jeunes sont nombreux à s’engager à tous les niveaux pour la collectivité, dans des associations, clubs, partis politiques, églises ou encore parlements des jeunes, montrant ainsi leur envie de donner leur avis. Ce sont des engagements que nous devons reconnaître et soutenir! Encourageons les jeunes actifs, donnons-leur une voix!

RELANCER LA PARTICIPATION


En octroyant le droit de vote aux jeunes dès 16 ans, un signe d’encouragement leur sera envoyé pour qu’ils s’intéressent au monde qui les entoure à travers la politique. Habituer les jeunes dès la fin de la scolarité obligatoire à voter, c’est développer un sens démocratique et civique.

DES JEUNES MATURES


De nombreuses études confirment que la plupart des jeunes, même avant 16 ans, ont la maturité nécessaire pour voter. Mais c’est surtout en votant qu’ils deviennent petit à petit des citoyens éclairés et responsables. Dès lors, que la limite soit fixée à 16 ou 18 ans, le processus de politisation est similaire.

UN NOUVEL ÉLAN


Neuchâtel a été précurseur pour le droit de vote des femmes et des étrangers: continuons dans cette voie progressiste! Dans un monde politique souvent critiqué pour son immobilisme, un nouvel élan jeune et dynamique changera cette image!

SUR DEMANDE, POURQUOI?


Pour que l’octroi du droit de vote à 16 ans constitue un véritable acte citoyen, les jeunes motivé-e-s devront demander personnellement leur inscription au registre électoral de leur commune de domicile. Résultat d’une décision individuelle réfléchie, cette démarche constituera la preuve d’une motivation forte pour l’exercice des droits civiques et d’un engagement à assumer les responsabilités qui en découlent: la voix exprimée comptera vraiment!

Pour plus d’informations, cliquez ici

Pour signer la feuille de signature, cliquez ici

Le peuple votera sur le Bibliobus

Le référendum contre la suppression de la subvention cantonale au Bibliobus a été déposé. Il est muni de 7358 signatures validées.

null

Le comité Sauvez le Bibliobus et la lecture publique dans le canton de Neuchâtel a déposé, mercredi 16 mars 2016, 7358 signatures validées à l’appui du référendum contre la décision du Grand Conseil, prise en décembre, de supprimer la subvention de 480.000 francs octroyée jusqu’en 2015.

Le nombre important de signatures, récoltées en seulement deux mois, montre l’attachement des neuchâteloises et des neuchâtelois à une répartition des structures de lecture publique sur l’ensemble du territoire neuchâtelois, l’attachement à une structure qui existe depuis plus de 40 ans, mise en péril par la décision précipitée et peu réfléchie du Grand Conseil.

Pour rappel, le Bibliobus, c’est un bus et sept bibliothèques, ce sont 30 communes desservies et 12’000 lecteurs qui ont empruntés en 2015 plus de 260’000 documents.

A noter qu’un tiers des signatures proviennent de communes qui ne sont pas desservies par le Bibliobus.

null

Initiative "Rives pour toutes et tous": la récolte des signatures commence!

Les Verts neuchâtelois ont lancé l’initiative Rives pour toutes et tous. Les feuilles de signatures sont désormais prêtent à accueillir vos paraphes!

null
Vous pouvez télécharger les feuilles de signatures ici (pdf). Vous pouvez ensuite les envoyer à l’adresse suivante: Les Verts neuchâtelois, Avenue de la Gare 3, 2000 Neuchâtel, jusqu’au 1er juillet 2016.

Initiative "Rives pour toutes et tous"

Les Verts se jettent à l’eau !

Contrairement à ce que prévoit la loi cantonale sur la protection et la gestion des eaux (LPGE), le rivage neuchâtelois est loin d’être accessible à tou-te-s. Près du tiers des rives du lac de Neuchâtel posent problème. Des obstacles déposés volontairement par des propriétaires indélicats ou le mauvais entretien des sentiers sont en cause. Avec leur initiative, les Verts neuchâtelois comptent rendre les rives réellement accessibles à toutes et tous.

null
Veronika Pantillon et Fabien Fivaz à leur sortie du lac.
Température de l’air -3°C


La volonté de rendre les rives plus accessibles au public ne date pas d’hier. Il y a plus de 25 ans, les candidat-e-s de la Liste Libre, d’Ecologie et Liberté et du POP avaient dénoncé cette problématique lors des élections cantonales de 1989. Aujourd’hui, les Verts neuchâtelois, constatant que la situation n’a que peu évolué, ont décidé de lancer une initiative cantonale. Ce sont deux député-e-s Verts : Veronika Pantillon, présidente du Grand Conseil, et Fabien Fivaz, qui ont amené le texte à la nage lors de la conférence de presse ayant eu lieu ce matin à Monruz. Cet endroit a été choisi car il représente un des points noirs des rives du lac de Neuchâtel.

nullVeronika Pantillon et Fabien Fivaz avant le grand plongeon.
  
Le texte de cette initiative législative demande qu’un passage continu, aménagé et entretenu de deux mètres de large au moins soit garanti le long des lacs neuchâtelois. L’initiative prévoit également un délai de mise en conformité de deux ans afin de s’assurer que la volonté du peuple soit respectée. Aujourd’hui, la loi cantonale sur la protection et la gestion des eaux (LPGE) octroie déjà un droit de passage le long des rives, mais elle prévoit également certaines exceptions reconnues par le Conseil d’Etat. L’initiative « Rives pour toutes et tous » vise à mettre fin à ces dérogations et à régulariser les situations clairement illégales qui persistent.

null

Les Verts neuchâtelois ont six mois pour récolter les 4500 signatures nécessaires au dépôt d’une initiative législative. Des discussions sont en cours pour créer une large coalition autour de l’initiative. Le comité d’initiative illustre bien la diversité des personnes soutenant le principe d’un accès aux rives pour toutes et tous.

Dossier de presse : ici
Feuille de signatures disponible prochainement en ligne

Référendum pour sauver le bibliobus

2 mois pour sauver le BIBLIOBUS !
Décompte en direct : ici

Le Grand Conseil n’a pas pris en compte les 20’000 signatures récoltées en 2015. Vous avez signé la pétition ? Signez le référendum !

Feuille de signatures à télécharger, imprimer et transmettre : ici
Et n’oubliez pas : une feuille de signatures par commune!

Le Bibliobus, c’est :
  • 1 bus et 7 bibliothèques
  • 30 communes desservies (19 par le bus, 11 par les succursales)
  • 266’655 prêts pour 2015
  • 18’679 réservations satisfaites
  • 12’201 lecteurs, plus de 150 classes

Il n’y a pas une signature à perdre !

Soutenons l’accès à la lecture pour tou-te-s !

null

Argumentaire : ici
Plus d’infos sur le bibliobus : ici
Page Facebook de soutien : ici

Le référendum contre la LRens a abouti!

L’année commence par une excellente nouvelle: le référendum contre la LRens a abouti grâce à la récolte de 65’000 signatures en moins de trois mois.


null

Le dépôt du référendum aura lieu ce jeudi 14 janvier à 13h15 à la Chancellerie fédérale.



MERCI A TOUTES ET A TOUS!

Initiative multinationales responsables

null

Initiative pour des MULTINATIONALES RESPONSABLES
Protégeons les droits humains et l’environnement !

  • Les multinationales domiciliées en Suisse ne doivent plus exploiter les êtres humains ni porter atteinte à l’environnement.
  • Les multinationales et leurs filiales doivent respecter les droits humains et les standards environnementaux partout dans le monde.
  • Le devoir de diligence a un effet préventif et contribue à éviter les violations des droits humains et les dégâts environnementaux.
  • L’initiative peut être mise en oeuvre sans bureaucratie.
Plus de 70 organisations suisses, dont les Verts NE, soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables.

Imprimez, transmettez et signez l’initiative :ici
Plus d’informations : ici
Brochure : ici
Flyer : ici

null

L’initiative pour les Aliments équitables a abouti!

null

C’est une excellente nouvelle! Avec environ 120’000 signatures récoltées à travers toute la Suisse, l’initiative pour les Aliments équitables a abouti!

Elle a été déposée le jeudi 26 novembre à 11h à la Chancellerie fédérale.

Merci à toutes et à tous pour votre aide!

Signez le référendum contre la LRens

non à l’etat fouineur!

null

L’Alliance contre l’Etat fouineur a lancé un référendum contre la Nouvelle loi sur le renseignements (LRens). En cliquant sur ce lien: usbogen_a4_ref_schnueffel_f.pdf vous pouvez télécharger les feuilles de signatures.

Les Verts neuchâtelois dénoncent les dérives probables qui pourraient découler de la nouvelle loi: surveillances dans l’espace privé sans preuves fondées, enquêtes du Service de renseignement sans véritable contrôle ou encore preuves récoltées inutiles devant les tribunaux.

Vous trouverez plus d’informations dans l’onglet consacré à ce référendum.

Des soins dentaires pour tous

Une évidence à concrétiser !

Plus de 8000 paraphes.

Huit mille signatures récoltées et remises aujourd’hui à la Chancellerie par les porteurs de l’initiative pour une assurance des soins dentaires. La preuve, si tant est qu’il en faille une, que le débat sur les soins dentaires était et reste nécessaire.

Tout au long de la récolte, les partis de gauche (POP, solidaritéS, PSN et Les Verts) associés au Mouvement populaire des familles et à l’Avivo ont recueilli les témoignages d’une population très critique envers un système qui pénalise les plus fragiles, entérine une médecine dentaire à deux vitesses et pousse les
patient-e-s à chercher au-delà des frontières une prestation qu’ils ne peuvent plus ou pas s’offrir sur sol neuchâtelois.

null

Le comité d’initiative en appelle désormais au bon sens des autorités pour qu’elles entendent le message des initiants et de la population en ouvrant la voie à l’instauration d’une assurance des soins dentaires cantonale.

Communiqué de presse : initiative pour une assurance des soins dentaires

Remise des signatures de l’initiative dentaire

Céline VARA, candidate Verte au Conseil National, sera présente lors de la remise des signatures. Tout comme beaucoup de Vertes et de Verts ces derniers mois, elle s’est mobilisée pour une assurance des soins dentaires qui profiterait à tou-te-s.

null

Nous vous attendons nombreuses et nombreux :


Mercredi 26 août à 10h00
Cour du Château de Neuchâtel


Afin d’organiser au mieux cet évènement, nous vous invitons à être présent-e dès 9h30.

Plus de détails sur l’initiative : ici

Lancement de l’initiative contre le mitage du territoire

1,1 mètres carrés de terres agricoles sont perdues chaque seconde. C’est en grande partie à cause de l’augmentation de l’utilisation des surfaces pour la construction de bâtiments résidentiels. Avec le lancement de l’initiative populaire fédérale « stopper le mitage du territoire - pour le développement urbain durable», les Jeunes Verts Suisse agissent enfin contre la perte de territoire.

L’initiative "stopper le mitage du territoire" exige un arrêt de zonage et des règles claires pour les constructions en dehors des zones prévues. La Suisse doit s’engager à protéger les réserves foncières restantes et à soutenir une politique de logements durables au niveau national – car les conséquences sociales et environnementales du mitage du territoire sont graves. Où et comment nous habitons détermine de nombreux domaines dans notre vie.« Le mitage du territoire ne détruit pas seulement la nature et les terres agricoles fertiles, mais est également responsable pour le volume croissant de la circulation. Après tout, les personnes qui vivent de manière décentralisée doivent parcourir des longues distances pour aller au travail, faire les courses ou encore profiter de leurs loisirs », explique Andreas Lustenberger, co-président des Jeunes Verts Suisse.

La loi sur l’aménagement du territoire ne suffit pas


« L’absence d’une limitation des zones à construire est la plus grande faiblesse de la LAT. Les zones sont mises en place pour les besoins des 15 prochaines années. Mais des d’autres surfaces peuvent être zonées dès qu’il y a des nouvelles demandes ou que la surface existante est entièrement construite. Il n’y aura donc pas d’arrêt du zonage si nous comptons sur la LAT », a déclaré la conseillère nationale verte Aline Trede. Il n’y aura pas d’incitation à développer le milieu bâti vers l’intérieur tant qu’on continuera le zonage. Par conséquent, l’arrêt du zonage proposé par l’initiative vise à garder la quantité totale des zones de construction constante. Les communes peuvent cependant s’échanger les surfaces de construction entre eux. Cela garantit que les réserves restantes peuvent être utilisées dans des endroits où ils sont nécessaires.

null

Des quartiers vivants et durables au lieu des villes dortoirs

 
De plus en plus de terres agricoles sont perdues alors que l’anonymat dans les zones urbaines progresse. Par conséquent, l’initiative pour stopper le mitage du territoire accorde énormément d’importance au maintien et à l’amélioration de la qualité de vie tout en développant le milieu bâti vers l’intérieur : à la place des villes dortoirs anonymes l’initiative veut promouvoir des quartiers animés et vivants. Construire des quartiers durables de nos jours nécessite souvent des zones d’utilisation spéciales et un certain nombre de mesures dérogatoires (ex : concernant l’obligation des places de stationnement). Cela rend difficile la construction. L’initiative vise donc également à diminuer les obstacles administratifs pour les quartiers durables.

Pour en savoir plus : http://stop-mitage.ch

Lancement de l’initiative cantonale pour les soins dentaires

Initiative populaire cantonale pour une assurance de soins dentaires
Tout le monde n’est pas égal vis-à-vis de la santé et cela vaut tout particulièrement pour la santé dentaire. Plus le statut socio-économique d’une personne est modeste, plus le risque de développer une carie et, surtout, de renoncer à se faire soigner est élevé. On observe depuis quelques années une stagnation, voire une détérioration de la santé bucco-dentaire d’une partie de la population. Or, prévenir vaut mieux que guérir.

Forts de ces constats, les partis de gauche (les Verts, le POP, Solidarités et le PSN), avec le soutien de l’AVIVO et du Mouvement populaire des familles, ont lancé une initiative populaire cantonale pour la santé bucco-dentaire.

L’initiative propose d’instaurer une assurance obligatoire destinée à garantir la santé bucco-dentaire de la population du canton. Cette assurance prendrait en charge les frais des mesures de prévention et les frais de soins dentaires de base. Elle serait financée par un prélèvement paritaire sur les salaires, analogue à celui de l’AVS, ainsi qu’une contribution des collectivités publiques.

Signez et faites signer sans tarder : imprimer ici la feuille de signatures (pdf) et renvoyer la feuille, même incomplète, avant le 15 mai 2015(mais au plus tard avant le 30 juin 2015).

null

Fini de glander! Faut récolter!

Récolter des signatures maintenant et gagner un dîner équitable

En février, les Verts suisses souhaitent récompenser les récolteuses et récolteurs de signatures assidus. Envoie au secrétariat des Verts suisses au moins 60 signatures pour l’initiative "Aliments Equitables", en récompense tu participeras au tirage au sort de prix attrayants :   
  • Un dîner équitable pour deux personnes
  • Un beau livre de cuisine équitable avec des recettes de saison
  • Des bons de cinéma pour deux personnes
Pour participer au tirage au sort, envoie-nous au moins 60 signatures pour l’initiative "Aliments Equitables" avec tes nom, adresse e-mail et numéro de téléphone jusqu’au 28 février, dans une enveloppe adressée à :

Les Verts Suisse
Initiative aliments équitables
Waisenhausplatz 21
3011 Berne

Les gagnantes et gagnants seront contactés par e-mail.

null

Sauvons les trains de nuit !

Alors qu’aujourd’hui nous souhaitons plus de mobilité écocompatible, les CFF ont supprimé d’importantes liaisons de nuit vers l’Europe ces dernières années: Berne-Bruxelles en 2003, Zurich-Rome en 2009, Zurich-Barcelone en 2012, Bâle-Moscou en 2013 et Bâle-Copenhague en 2014.

L’Association Actif-trafiC a lancé une campagne en vue de sauver les trains de nuit.

Signez et diffusez la pétition (en allemand): www.umverkehr.ch/de/Petition-Nachtzug
Plus d’infos en français: www.actif-trafic.ch

null

Le référendum contre le 2e tube au Gothard a abouti !

null
Avec plus de 100’000 signatures récoltées en deux mois, dont à peu près 10’000 signatures récoltées par les Verts, le référendum « NON au 2e tube au Gothard ! » a abouti. Les signatures ont été déposées ce mardi à Berne.


Ainsi, toutes les conditions préalables à une votation sont rassemblées. Le peuple suisse décidera donc s’il veut ou non d’un deuxième tunnel routier au Gothard et de l’avalanche supplémentaire de camions qui en résultera.

La votation aura lieu probablement en juin 2015 ou en 2016.

null

Communiqué de presse du 19.12.2014 de l’association "Non au 2ème tube au Gothard"

NON au 2e tube au Gothard!

Les Verts s’opposent au deuxième tube routier au Gothard. Un 2e tube porterait atteinte à la protection des Alpes, inscrite dans la Constitution suite à l’acceptation populaire de l’initiative des Alpes en 1996, et saborderait la politique des transports. Ce 2e tube est inutile et coûtera des milliards plus cher que le simple assainissement du tunnel. A la place, les Verts demandent un assainissement avec ferroutage pour voitures et camions.

nullreferendumnon2etubegothard_feuilledesignatures.pdf

Signez le référendum sans tarder!Imprimez ici la feuille de signatures, signez-la et renvoyez-la rapidement!

Pétition « Stop au vol des primes ! »

Le lobby des caisses maladie finance la campagne contre la caisse publique avec… nos primes ! 4 à 5 millions de francs sont ainsi dilapidés dans la campagne des opposants à l’initiative. Ces millions proviennent des primes que chacun de nous paie mois après mois. Ceci pour payer les innombrables publicités et affiches des opposants qui arrosent la Suisse depuis quelques semaines. C’est tout simplement inacceptable !

Signez maintenant la pétition en ligne « Stop au vol des primes ! » qui exige que les caisses maladie utilisent l’argent de nos primes pour notre santé et non pas pour des affiches ou annonces publicitaires.


Et n’oubliez pas de voter OUI à la caisse publique le 28 septembre prochain.

null

Lancement de l’initiative pour des aliments équitables

De la qualité dans nos assiettes


La récolte de signatures pour l’initiative des Verts "Pour des aliments équitables" a débuté le 27 mai. Les Verts veulent renforcer l’offre en denrées alimentaires produites de manière équitable et respectueuse de l’environnement. Pour que le libre-échange offre des produits de qualité, il est nécessaire de fixer des standards minimaux uniformes, qui s’appliqueraient également aux aliments importés.

« Notre initiative pour des aliments équitables veut favoriser des aliments issus d’une agriculture proche de la nature, respectueuse des animaux et produits dans des conditions de travail équitables. Même les aliments qui viennent de très loin doivent remplir ces exigences minimales », a affirmé aujourd’hui Robert Cramer, co-président du comité d’initiative, lors de la conférence de presse. « Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible d’avoir une concurrence loyale. »

« Se fondant sur les pratiques en vigueur en Suisse, les consommatrices et les consommateurs partent du principe que les animaux de rente sont élevés dans le respect de leur bien-être. Mais de la viande et des œufs provenant d’élevages intensifs atterrissent dans leur assiette à leur insu, parce que les aliments importés ou transformés ne sont pas tenus au respect des standards suisses. Cette initiative pour des aliments équitables doit changer la donne », a déclaré Hansuli Huber, directeur de la Protection Suisse des Animaux.

Un programme en trois points

L’initiative pour des aliments équitables souhaite améliorer le marché alimentaire sur trois points-clé :
  •     Une concurrence loyale : importer des aliments dont les modes de production respectent au moins les normes suisses.
  •     Davantage de transparence : déclarer l’origine des produits mais également leurs conditions de production.
  •     Davantage d’aliments durables : faire bénéficier d’un avantage concurrentiel les produits issus des exploitations paysannes familiales, du commerce équitable ainsi que d’une production et d’une transformation régionale et de saison. L’écobilan du transport et de l’entreposage des aliments doit par ailleurs être amélioré.
null

Standards minimaux plutôt qu’une sous-enchère à l’importation

Près de la moitié de nos aliments est importée. Le libre-échange encourage la production industrielle de masse qui génère des produits à bas prix sans se préoccuper de leur qualité. Ceci pose de sérieux problèmes pour l’environnement, le bien-être des animaux et les conditions de travail. Cette libéralisation croissante met davantage les normes suisses sous pression.

A l’opposé, l’initiative permet de créer un marché équitable et ouvert pour des aliments durables, répondant aux attentes et aux besoins des consommateurs et des consommatrices, des producteurs, de l’environnement et de la société.

La récolte des signatures a démarré officiellement le mardi 27 mai. La première journée nationale de récolte aura lieu le 14 juin prochain. Le délai imparti pour rassembler les signatures court jusqu’au 27 novembre 2015.

Documents PDF à télécharger:

Un coup de fourchette pour changer le monde

Lors de leur assemblée le 25 janvier 2014 à Delémont, les délégués verts ont décidé de lancer l’« initiative populaire pour des denrées alimentaires produites de manière durable » (initiative sur les denrées alimentaires).

Les Verts entendent promouvoir des aliments sains et écologiques en lançant une initiative populaire. Ainsi en ont décidé les délégué-e-s, avec une large majorité, lors de l’assemblée d’aujourd’hui à Delémont.

Pour des denrées alimentaires saines et produites écologiquement

null« Nous voulons une offre de produits alimentaires de qualité, sûrs, sains, évitant les transports inutiles et respectant des exigences minimales en matière écologique et sociale. Et nous voulons cela que ces aliments soient produits chez nous ou importés. C’est en substance notre revendication principale », résume Adèle Thorens.

« Des modes de production que nous jugeons inacceptables sur notre territoire, le sont également s’ils ont lieu ailleurs. Or, 40% des aliments que nous consommons sont importés », précise encore la co-présidente des Verts.

L’initiative apportera cinq améliorations importantes :

  • bien-être des animaux : les prescriptions suisses en matière de protection des animaux doivent également s’appliquer aux produits importés, qui ne pourront plus provenir d’élevages intensifs.
  • protection de l’environnement : l’initiative demande une amélioration constante des standards en vigueur, une production économe en ressources et occasionnant peu de transport.
  • qualité des produits : les denrées alimentaires doivent être plus naturelles et plus saines, ce qui implique notamment de produire les composants des aliments transformés de manière écologique et dans le respect des animaux.
  • proximité consommateur-producteur : l’initiative entend renforcer la commercialisation et la transformation des produits régionaux.
  • conditions de travail équitables : l’initiative vise à encourager le commerce équitable.
Cette initiative sur les denrées alimentaires profitera autant aux agriculteurs qu’aux consommateurs. Elle sera soumise ces prochains jours à l’examen préliminaire de la Chancellerie fédérale. La récolte de signatures débutera probablement début juin.

Dépôt du référendum contre le Gripen : un avion en papier cher et inutile

Le comité « non aux milliards pour des avions de combat » a déposé mardi 14 janvier à la Chancellerie, avec le comité libéral, quelque 100’000 signatures en faveur du référendum contre l’achat de 22 avions de combat Gripen. Le peuple pourra ainsi décider dans les urnes s’il veut dépenser des milliards pour un avion, qui n’existe aujourd’hui que sur le papier, ou si ces deniers publics devraient plutôt être investis de manière sensée, compte tenu des caisses vides de la Confédération et des cantons.

L’achat de 22 avions Gripen coûte à lui seul plus de trois milliards de francs. Cependant avec les frais annuels d’entretien et de fonctionnement, l’addition risque d’être bien plus salée : au final, le Gripen coûtera plus de dix milliards de francs à la Suisse. Une somme très exagérée pour un avion qui doit encore être développé. Le suédois Saab vend un avion qui n’a pas encore volé une seule minute et empoche un milliard, les contribuables suisses supportant ce risque financier.

Pour l’alliance « non aux milliards pour des avions de combat », il est inconcevable que ce risque pèse sur les épaules de la population suisse. D’autant plus que l’armée de l’air peut totalement accomplir sa mission, à savoir défendre l’espace aérien suisse, avec les avions F/A 18 récemment améliorés. L’achat de 22 Gripen est inutile à la politique de sécurité et irresponsable du point de vue de la politique financière. De plus, il y a quelques semaines, de nombreux cantons et communes ont dû mettre en place des plans d’austérité douloureux et supprimer un certain nombre de prestations. Dans cette situation, dépenser la somme astronomique de dix milliards de francs pour des avions de combat inutiles revient à dilapider les deniers publics.

L’alliance « non aux milliards pour des avions de combat » voit sa position renforcée par les nombreuses réactions très positives durant la phase de récolte des signatures et se lance avec confiance dans une campagne de votation, qui sera certainement âpre. La nervosité des partisans du Gripen est particulièrement tangible, notamment au travers de leur acceptation de l’ingérence très litigieuse du fabricant du Gripen, l’entreprise Saab. Pour la première fois, une industrie étrangère d’armement investira plusieurs millions dans une campagne de votations en Suisse, sans que les partis de droite ne s’en émeuvent.

Référendum contre le Gripen: 80’000 signatures!

L’alliance « Non aux milliards pour des avions de combat » a récolté près de 80’000 signatures. La validation des signatures auprès des communes suit son cours et de nouvelles signatures sont encore réceptionnées tous les jours. Le dépôt officiel auprès de la Chancellerie sera organisé officiellement au début du mois de janvier. La population suisse sera appelée aux urnes, afin de déterminer si la Confédération doit vraiment dépenser neuf milliards dans l’achat de nouveaux avions de combat.

Au vu de la durée de récolte, la conclusion et sans appel : les neuf milliards destinés aux Gripen doivent être bloqués. Le vice-président des Verts suisses, Jo Lang confirme dans la foulée : « La ruée populaire pour signer ce référendum a vraiment été impressionnante et beaucoup de personnes voulaient absolument le signer, afin d’empêcher cette dépense insensée. »

Signez le référendum contre le Gripen

Le référendum contre l’achat de 22 avions de combat du type Gripen (« Loi sur le fonds Gripen ») a été lancé le 8 octobre 2013.

nullL’achat  de nouveaux avions de combats va coûter plus de 3 milliards de francs! C’est un gaspillage à la charge des contribuables.L’argent dépensé pour les avions de combat serait plus utile pour d’autres investissements. La Suisse n’a pas besoin de nouveaux avions de combat!

Signez le référendum sans tarder!

Sortie rapide du nucléaire pour accélérer le tournant énergétique

Vendredi 16 novembre 2012, une vaste alliance a déposé l’initiative pour la sortie du nucléaire lancée par les Verts. L’initiative revendique l’interdiction de nouvelles centrales nucléaires, une durée maximale d’exploitation des centrales existantes ainsi qu’un tournant énergétique tablant sur moins de consommation et plus d’efficience énergétique et d’énergies renouvelables. L’initiative est d’autant plus nécessaire que la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral, tout en interdisant de nouvelles centrales, ne fixe aucune limite à l’exploitation des centrales existantes, ce qui retarde le tournant énergétique.

Ce vendredi 16 novembre 2012, une vaste alliance d’organisations antinucléaires a déposé auprès de la Chancellerie fédérale quelque 125’000 signatures en faveur de l’initiative pour la sortie du nucléaire. Lors de la conférence de presse, la co-présidente des Verts, Regula Rytz, a déclaré : « Nous sommes très heureux que nos revendications aient trouvé un si large soutien. Notre initiative nous donne les moyens d’améliorer la stratégie énergétique de la Confédération dans le sens où nous le souhaitons ».

S’appuyant sur les scénarios énergétiques que les Verts ont élaboré, Bastien Girod, leur vice-président, a montré combien l’initiative est nécessaire et réalisable. De plus, il a démontré que la sortie du nucléaire d’ici 2029 est réaliste, à condition d’éliminer enfin les blocages et encourager réellement les énergies renouvelables et l’efficience énergétique. Concernant les coûts, il a précisé : « La sortie du nucléaire est créatrice d’emplois. La Fondation suisse de l’énergie les estime à 85’000, dans toutes les régions suisses ». Bastien Girod a également relevé que la stratégie énergétique de la Confédération va dans la bonne direction. Mais, sans date butoir, le rééquipement continu des anciennes centrales nucléaires nécessitera beaucoup d’argent au détriment du tournant énergétique. Or, l’économie a besoin d’un signal clair pour investir dans un nouvel avenir énergétique.

Lena Frank, co-présidente des Jeunes Verts, a souligné l’importance historique de la sortie du nucléaire : « Les déchets nucléaires, c’est une dette énorme que nous laissons aux générations futures, elle ne doit pas augmenter ». C’est pourquoi il faut rapidement sortir du nucléaire.

Pour la présidente du Conseil de fondation de Greenpeace Suisse, Cécile Bühlmann, c’est une évidence : « Une limitation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires est un gage de sécurité pour tous : la population, les autorités de surveillance, les instances politiques ainsi que les exploitants des centrales et leurs propriétaires ». A l’inverse, une exploitation illimitée signifie de gros risques résiduels et une insécurité dans la planification énergétique.

Pour Philippe de Rougemont, président de Sortir du nucléaire, l’industrie atomique a démontré sa faillite morale et technique. Les autorités ont décidé la sortie du nucléaire sans fixer de date de fermeture des centrales, c’est insensé. L’initiative comble cette lacune et fixe une exploitation maximale de 45 années à ne pas dépasser.

Ainsi que l’a relevé Brigit Wyss, co-présidente de Plus jamais de centrales nucléaires (Nie wieder AKW, NWA), la lutte dure depuis des décennies et a connu de nombreux succès. A titre d’exemple, l’initiative pour un moratoire sur les centrales nucléaires, lancée par NWA et acceptée par le peuple et les cantons en 1990. Brigit Wyss regrette cependant que cette pause de dix ans n’ait pas été mise à profit : « Cette fois nous ne céderons pas ».

Pour en savoir plus

Non aux durcissements de la loi sur l’asile

Les Verts soutiennent le référendum contre le durcissement de la loi fédérale sur l’asile. Le référendum a été lancé par les Jeunes Verts et d’autres organisations. Les Verts dénoncent en particulier la double suppression des demandes d’asile dans les ambassades suisses à l’étranger et de la désertion comme motif d’asile.

Quatre raisons de signer le référendum:

  • NON à la suppression des procédures d’ambassade: La possibilité de déposer une demande d’asile dans une représentation suisse à l’étranger est une alternative salutaire pour les personnes persécutées, permettant de leur éviter une entrée clandestine en Suisse. La suppression des demandes d’asile dans les ambassades suisses touchera les personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants, en les livrant aux mains des passeurs.
  • NON au refus aux objecteurs de conscience et aux déserteurs du statut de réfugié. La restriction apportée au statut de réfugié, en ne l’octroyant plus aux déserteurs, est contraire à la Convention relative au statut des réfugiés, qui fait dépendre ce statut de la seule existence d’une menace pour la personne. Pour les Verts, il est primordial que la notion de réfugié ne soit pas vidée de son sens.
  • NON à des «centres spécifiques». Les requérants «récalcitrants» peuvent désormais être hébergés dans des centres ressemblant à des camps. Cette formulation juridiquement imprécise ouvre grand la porte à l’arbitraire.
  • NON à la réduction des délais de recours: le Conseil fédéral peut désormais réduire de 30 à 10 jours le délai de recours contre une décision en matière de droit d’asile.
Téléchargez et signez la referendum ici !


L’initiative pour une Economie verte a abouti!

L’initiative pour une "économie verte" a été déposée le 6 septembre 2012 avec 110’000 signatures valables. Durant les trois dernières semaines, les Verts ont récolté 25’000 signatures dans la rue et les festivals. Ils ont ainsi démontré leur capacité de mobilisation et leur motivation.

Par cette initiative, les Verts associent leurs priorités écologiques avec leur vision du développement économique. Ils placent l’économie verte, adoptée lors du sommet de la terre, sur le devant de la scène politique.

Si tous les êtres humains avaient le même mode de vie que les Suisse, il faudrait TROIS planètes pour satisfaire les besoins de chacun. Notre pays vit sur un trop grand pied, et en dépit de sa petite taille, il contribue de manière disproportionnée à la destruction de l’environnement, au changement climatique et à l’épuisement des ressources naturelles.

L’initiative pour une économie verte veut changer tout cela. Elle vise une transformation de l’économie du "tout-jetable" vers une économie circulaire, c’est-à-dire une économie qui recycle ses déchets, plus équitable et plus respectueuse de l’environnement.


Initiative pour une économie verte

L’économie suisse fonctionne comme si nous disposions de trois planètes... Or nous n’en avons qu’une!

L’objectif de l’initiative populaire pour une économie verte est de réduire notre empreinte écologique à une seule planète d’ici à 2050. Notre économie du tout-jetable doit se transformer en une économie circulaire, qui revalorise ses émissions et ses déchets et réduit drastiquement gaspillage et pollutions. Pour y parvenir, l’initiative impose au Conseil fédéral une procédure crédible et met à sa disposition un choix d’instruments, par exemple des soutiens à la recherche, des critères écologiques pour les marchés publics ou des incitations fiscales positives.










5 bonnes raisons de signer l’initiative

  • L’avenir de l’économie est vert

Seule une économie verte est durable, grâce à des ressources renouvelables et des méthodes innovantes.
  • Un environnement intact et une meilleure qualité de vie

L’économie verte ménage l’environnement, pour notre bien-être et celui des générations futures.
  • Des emplois assurés

Une économie verte rend la Suisse plus compétitive et assure des emplois à long terme. Aujourd’hui déjà, elle procure 160’000 postes de travail à notre pays.
  • Un monde plus équitable

En réduisant sa consommation de ressources, la Suisse contribue à une meilleure répartition des richesses dans le monde.
  • Nous ne sommes pas les seuls à y croire !

La Confédération ainsi que des pays industrialisés comme la Finlande et le Japon utilisent déjà l’empreinte écologique pour mesurer leur consommation de matières premières.

L’initiative pour la sortie du nucléaire reste nécessaire!

Bien que le Parlement et le Conseil fédéral aient formellement décidé de sortir du nucléaire en 2011, nous n’avons actuellement aucune assurance que ce but sera effectivement réalisé.

  • Premièrement, le projet n’aura force de contrainte qu’à partir du moment où le Parlement l’aura traduit dans une loi correspondante, d’ici deux à trois ans.
  • Deuxièmement, il n’y a pas de date fixe pour la sortie. Doris Leuthard a mentionné 2035, mais elle a constaté en même temps que les centrales nucléaires pourraient au besoin continuer à fonctionner plus longtemps – à savoir, aussi longtemps qu’elles sont estimées « sûres ». Les anciennes centrales sont pourtant d’année en année plus sujettes aux accidents.
  • Troisièmement, parce que les changements législatifs exigent plusieurs années, les lobbies du nucléaire auront à maintes reprises l’occasion de diluer les exigences initiales et de permettre que le nucléaire revienne
    « par la petite porte ».

D’ici là, nous avons absolument besoin de l’initiative pour la sortie du nucléaire ! Signez-la dès maintenant !

<novembre 2017>

lumamejevesadi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

nous rejoindre

nous contacter