Agriculture

Pour une agriculture biologique, de proximité et sans OGM.

2.1   Promouvoir la consommation de produits bio, locaux et de saison, de préférence issus du commerce équitable

Pour une réelle protection de la biodiversité et du climat, un véritable changement dans le système agro-alimentaire passera entre autres par une modification des habitudes de consommation, ainsi que par l’intérêt porté aux conditions de production. Les Verts s’engagent pour une consommation plus durable au travers de campagnes de sensibilisation auprès de la population et pour des labels attestant de la durabilité. Ils promeuvent aussi un étiquetage transparent.

2.2   Réduire la consommation de produits d’origine animale

Les Verts militent pour une baisse de la consommation des produits d’origine animale. L’objectif est de réduire l’impact environnemental dû à leur production et, ce faisant, de permettre l’augmentation de la production agricole végétale destinée directement à l’humain : fruits, légumes, céréales, légumineuses, oléagineux, etc.

2.3   Favoriser la vente directe et les circuits d’approvisionnements courts

Pour les Verts, la mise en contact directe des client-e-s avec les productrices et producteurs locaux est une évidence. De même, les Verts revendiquent des marges commerciales identiques pour les produits de même type, qu’ils proviennent de l’agriculture conventionnelle ou de l’agriculture biologique.

2.4   Inciter l’utilisation de produits bio et de proximité dans les cantines et les cuisines des établissements appartenant à l’État ou subventionnés

L’État doit se montrer exemplaire et appliquer des critères de durabilité lors de ses achats. L’utilisation de produits issus de l’agriculture biologique et de proximité dans toutes les cantines et les cuisines des établissements subventionnés ou appartenant à l’État est un premier pas dans ce sens. Une telle démarche permettra de soutenir la production agricole biologique de notre canton tout en proposant une nourriture saine et équilibrée à nos enfants ainsi qu’au reste de la population. L’introduction d’un jour végétarien par semaine et d’un menu végétarien quotidien dans ces structures doit devenir la norme.

2.5   Soutenir activement la reconversion vers une agriculture biologique et la création d’initiatives pour une agriculture contractuelle de proximité

Le canton de Neuchâtel a fait de gros progrès en atteignant 35% des surfaces viticoles en bio à la fin de l’année 2020. Par contre, il peut mieux faire du côté des surfaces agricoles, où il n’atteint de loin pas la moyenne suisse. Pour ce faire, l’État doit proposer des formations complémentaires et promouvoir nettement les productions biologiques dans les formations de base. Une agriculture biologique et de proximité amène une meilleure protection de l’environnement. En évitant le recours aux produits de synthèse, elle nécessite moins d’intrants, et probablement moins de transports. Elle apporte également davantage de retombées pour les productrices et producteurs.

2.6   Protéger les surfaces productives

La conservation vitale de surfaces agricoles de qualité aussi étendues que possible est directement concurrencée par l’attribution opportuniste de surfaces supplémentaires à l’habitat, aux infrastructures et à l’industrie. En conséquence, leur maintien rend nécessaire une gestion parcimonieuse de l’espace, une densification de qualité des zones habitables, artisanales et industrielles existantes et la mise en valeur des friches industrielles.

2.7   Bannir l’utilisation de produits phytosanitaires de synthèse

Les pesticides et engrais de synthèse sont une source de pollution des sols, des eaux et de l’air. Ils constituent aussi une menace pour la biodiversité. Leur utilisation doit être strictement réglementée et interdite progressivement, mais au plus tard dans 10 ans. En application du principe de précaution, les produits dont la nocivité à court ou long terme est prouvée ou même seulement probable doivent être interdits immédiatement. Les Verts exigent que l’interdiction déjà vieille de 20 ans d’utiliser des herbicides sur les routes, les chemins et les places des domaines publics et privés soit enfin appliquée rigoureusement. L’interdiction ou pour le moins une réduction drastique de l’utilisation de produits phytosanitaires également hors zone agricole, comme en zone urbaine, dans les jardins familiaux et sur les terrains des collectivités publiques et parapubliques. Les drones d’épandage sont promus au vu de leur efficacité.

2.8   Favoriser une production animale durable

L’utilisation de produits médicamenteux (par exemple : antibiotiques) et de concentrés alimentaires importés doivent être réduits au strict minimum. Les Verts soutiennent une production animale basée sur les fourrages qui proviennent principalement du domaine agricole.