Compte-rendu « vert » de la séance du Conseil général de Val-de-Ruz du 26 août 2019

Des pas de côté plutôt que des pas en avant, pour une séance qui n’aura pas beaucoup fait avancer la Commune.

Présidence verte

En l’absence du président du Conseil général, il revient à la Verte Chloé Douard de présider la séance du soir. En préambule, un retour sur les conséquences des intempéries du 21 juin à Dombresson, Villiers et Le Pâquier est donné à l’assemblée. C’est Anne-Christine Pellissier, présidente de l’exécutif, qui s’en charge. C’est ensuite au tour des diverses commissions de présenter leur rapport annuel. Il s’agit d’un point essentiellement formel, qui ne donne lieu à aucune discussion.

Evacuation des eaux et ventilation de la piscine des Geneveys-sur-Coffrane

Un poste supplémentaire est demandé par le Conseil communal pour le traitement de l’évacuation des eaux. La nécessité de renforcer ce secteur n’étant pas contestée, la proposition est acceptée à l’unanimité.

C’est ensuite le remplacement de la ventilation de la piscine des Geneveys-sur-Coffrane qui passe la rampe à l’unanimité, non sans que Les Verts ne demandent une évaluation énergétique du fonctionnement du nouvel équipement, qui promet une amélioration dans ce domaine.

Le Bibliobus botté en corner

Le traitement de l’initiative populaire communale pour le maintien du Bibliobus donne lieu à des débats plus nourris. Les Verts et le groupe socialiste souhaitent accepter l’initiative, ou alors confier à la commission sports-loisirs-culture la mission d’élaborer un contre-projet. La commission de gestion et finances, cohérente avec l’option prise en décembre 2018 au moment de l’élaboration du budget, préfère miser sur l’offre fixe, position reprise par la droite.

Un vrai débat de société a lieu: quelle formule pour desservir au mieux une commune éclatée sur un territoire plutôt vaste ? Quelles synergies entre le Bibliobus et les deux bibliothèques fixes de Fontainemelon et des Geneveys-sur-Coffrane ? Quel rapport prestations/coûts ? Le traitement de l’initiative a toute son importance aussi, l’initiative communale représentant une nouveauté. Accepter l’initiative ? Elaborer un contre-projet ? Refuser l’initiative ? Après une interruption de séance animée, une grande majorité de la droite opte pour un renvoi en commission, les Verts et les Socialistes préférant s’abstenir pour privilégier une solution plus rapide et solidaire avec les autres communes. Un contre-projet va par conséquent devoir être élaboré.

Plan d’alignement routier

Le point suivant présente nettement moins d’enjeux; il s’agit pour le Conseil général de prendre connaissance d’une modification de minime importance du plan d’alignement routier du village des Geneveys-sur-Coffrane, plan qu’il a adopté à l’unanimité fin 2018.

Les occasions manquées

Les motions, propositions, résolutions, interpellations et questions sont nombreuses. Une partie d’entre elles soulèvent des points d’un intérêt certain.

Pour commencer, Les Verts demandent par voie de motion des repas locaux, si possible bio et de saison à l’école. Il s’agit pour une région fortement agricole d’aller au-delà des directives minimales et d’adopter un comportement exemplaire, avec un repas végétarien par semaine au minimum. Selon le Conseil communal, cela est déjà en pratique. La motion est rejetée par 17 voix pour 13 « oui » et une abstention: le PLR considère la motion comme dogmatique (sic) et l’UDC estime que le bio est bon pour les autres, mais pas pour nous! Dommage, car ancrer une pratique déjà en cours permet de garantir son maintien à long terme.

Toujours par voie de motion, Les Verts demandent une démarche participative rapide autour de la prochaine gare RER de Cernier. Cet enjeu est crucial pour notre parti: tant de développements exemplaires sont possibles et tant de questions fondamentales sont posées. Parkings d’échange ? Où ? Ecoquartier ? Quelles activités ? Autant de questions qu’il est urgent de thématiser. Le Conseil communal estime la motion superflue, le travail se faisant d’ores et déjà. Le sujet est émotionnel, on le sent bien. En définitive, c’est sans grande réflexion que le Conseil général refuse la proposition par 18 voix contre 12 et une abstention Là aussi, le PLR considère que l’approche est dogmatique! Une occasion gâchée de mettre les autorités de Val-de-Ruz en phase avec leur population. Les Verts ne peuvent que s’étonner – et c’est peu dire – des partis qui ont affirmé en public ne pas souhaiter une participation de la population à la prise de décision pour un sujet d’une telle importance.

Les réponses à retenir

Pour Les Verts, Romain Douard s’inquiète des surcoûts en matière de transports (navettes privatives en bonne partie) résultant de la réorganisation de l’école obligatoire à Val-de-Ruz, avec son lot de déplacements d’élèves entre villages. Selon le Conseil communal, les coûts supplémentaires se situent en-deçà de CHF 100’000, pour une économie de l’ordre de CHF 350’000 sur la masse salariale du personnel enseignant.

L’UDC souhaite connaître le détail des travaux effectués sur les infrastructures d’eau potable suite au dernier crédit approuvé par le Conseil général. Il s’agit essentiellement de mesures destinées à améliorer la sécurité du travail dans les puits et les regards.

Alain Lugon demande, pour Les Verts, à connaître les chiffres effectifs de recyclage de PET à Val-de-Ruz, une récente information parue dans les médias ayant soulevé une certaine perplexité. Il s’agit de 35 tonnes annuelles pour la Commune de Val-de-Ruz.

Le Groupe PLR, lui, veux savoir quelle sera la place de Val-de-Ruz dans le Réseau Hospitalier Neuchâtelois en train de se structurer. Il est malheureusement plus que probable que ni Val-de-Ruz ni Val-de-Travers ne seront représentées dans la nouvelle structure.

Document au format PDF : 190826_rapport_CG_def.docx