Compte-rendu « vert » de la séance du Conseil général de Val-de-Ruz du 5 novembre 2018

Le Conseil général de Val-de-Ruz a marqué les esprits bien au-delà du canton de Neuchâtel le 5 novembre 2018 : il a accepté sans opposition le principe de l’extinction de l’éclairage public de minuit à cinq heures. Une première Suisse pour une commune de cette taille et une belle récompense pour la ténacité du Vert Laurent Debrot.

La soirée débute par l’accueil d’un nouveau conseiller général dans les rangs de Verts : Michel Faragalli, qui succède à Rémy Wenger. Merci à tous deux pour leur engagement. Formalité suivante, plusieurs sièges UDC sont à repourvoir au sein de diverses commissions suite à la démission de l’un de leurs membres, qui quitte le parti mais non le législatif. Ni les Verts, ni les socialistes, ni les libéraux-radicaux ne contestent les candidatures proposées.

Le dossier délicat de la soirée est sans conteste l’instauration d’une zone réservée, destinée à mettre en œuvre la Loi sur l’aménagement du territoire (LAT). En effet, tout le monde s’accorde sur la nécessité de préserver les zones agricoles ; la LAT avait été soutenue par 63,6% de l’électorat de la Commune. Mais lorsque les mesures deviennent concrètes, l’inquiétude des propriétaires des terrains concernés devient tangible. C’est donc à l’issue d’un travail de bénédictin, de la réponse à de multiples questions qu’une majorité nette du Conseil général adopte la mesure. Val-de-Ruz respecte ainsi le calendrier de la LAT et peut se donner le temps d’étudier en détail la suite des opérations. Le premier crédit d’engagement a passé la rampe dans la foulée.

L’exécutif présente ensuite son plan général d’évacuation des eaux, sujet sensible pour les Verts. Les aspects techniques du dossier n’appellent pas de commentaire particulier. Par contre, les Verts constatent que le bétonnage croissant de surfaces de parcage, de trottoirs sans arborisation et d’autres places aboutissent à l’augmentation récurrente des eaux à traiter. Leurs élu-e-s demandent par conséquent au Conseil communal de s’engager en faveur des zones d’infiltration, en commençant par ses propres ouvrages.

Le clou de la soirée arrive enfin : la Commune de Val-de-Ruz sera pionnière et pratiquera l’extinction nocturne de l’éclairage public à l’échelle de son territoire. Une démarche alliant écologie et économies : l’investissement sera amorti en quatre ans. Une idée portée inlassablement par Laurent Debrot se voit enfin réalisée, portée par un large consensus : 35 oui et une abstention. Regret des Verts : les passages piétonniers s’allumeront par détection automatique, sur l’injonction du service cantonal des ponts et chaussées, qui agit dans ce dossier hors de tout cadre légal. La question est en cours de clarification au Grand conseil : affaire à suivre.

Sous ses airs anodins, l’adoption d’un plan d’alignement de la route de la Joux-du-Plâne constitue une étape dans la réalisation du futur parc éolien des Qatres Bornes. Malgré leurs réticences face à une route de montagne qui pourra se révéler surdimensionnée, Les Verts soutiennent la démarche.