Conseil Général sous tension à Val-de-Ruz

Tension palpable pour la première séance du Conseil général de Val-de-Ruz après le refus populaire d’augmenter le coefficient fiscal. Le 25 juin, à Dombresson, les comptes, l’élection du Bureau et les transports publics sont à l’ordre du jour.

Cédric Senn, membre du Parti socialiste, est élu à la présidence du Conseil général, conformément au tournus. A la vice-présidence, le groupe UDC crée la surprise en ne présentant aucune candidature. Le tournus aurait voulu que le siège revienne à Jean-Luc Pieren, mais ses incessantes attaques personnelles contre les membres de l’exécutif ont mené le PLR à s’opposer à ce scénario. C’est dès lors Vincent Martinez, néo-indépendant présenté par le même PLR, qui endosse la fonction. Chloé Douard devient pour les Verts la plus jeune secrétaire du Conseil général de la Commune de Val-de-Ruz, et Raphaël Geiser, toujours sous le sceau de la jeunesse, occupera pour le PLR le poste de secrétaire-adjoint.

Le syndrome de la votation du 10 juin, qui a vu la population de Val-de-Ruz refuser la hausse d’impôts nécessaire au maintien des prestations à la population, s’invite dans la discussion des comptes. C’est ainsi que la démission du Bibliobus est longuement évoquée, les perspectives de déficits chroniques également. L’UDC maintien la pression sur la masse salariale du personnel communal et de l’exécutif. Adoption des comptes à l’unanimité malgré tout.

La suppression de la participation communale à la desserte par bus, tout particulièrement sur la ligne 421 mais également sur la ligne 423, est acceptée à l’unanimité, le cœur dans l’âme pour beaucoup de membres du Conseil général, les finances communales ne permettant désormais plus cette marge de manœuvre. Une question des Verts suggère de mettre en place la gratuité du transport sur les prestations que payera la Commune jusqu’à la fin de l’année.

Enfin, une motion urgente déposée par le PLR demande de renoncer aux aménagements piétonniers du chantier routier de la traversée de Chézard – Saint-Martin. Il s’agit de la place de dépose du bus scolaire, de bancs pour les personnes à mobilité réduite ou d’espaces de verdure. L’urgence n’obtient pas la majorité qualifiée des deux tiers, le tir de barrage provenant des rangs socialiste et verts. L’objet sera à l’ordre du jour de la prochaine séance.

L’adoption d’une résolution socialiste demandant l’engagement du Canton de Neuchâtel pour les transports publics, qui sont de sa responsabilité même au Val-de-Ruz, met la touche conclusive à une séance intense.