Cortaillod, commune labellisée bio ?

Le 22 octobre 2019, le Conseil général de Cortaillod a accepté une motion des Verts demandant une étude de faisabilité afin que la commune obtienne le label Bourgeon de Bio Suisse.

Motion des Verts de Cortaillod : lien

Développement de M. Philippe Hadorn, conseillé général Vert

« Monsieur le président, Mesdames, Messieurs,

Le parti des Verts demande au Conseil communal d’étudier les mesures nécessaires à mettre en place pour atteindre l’objectif d’obtenir le label Bourgeon de Bio Suisse pour Cortaillod. Le label Bourgeon est désormais largement connu et reconnu en Suisse. Selon le site internet de Bio Suisse, plus de 7000 exploitations agricoles et horticoles produisent aujourd’hui des denrées alimentaires selon le cahier des charges de Bio Suisse.

La Commune de Lancy, troisième ville du canton de Genève, a relevé le défi et a obtenu le label bio en 2017 en appliquant un programme ambitieux pour l’entretien de ses parcs et de ses espaces verts. Elle est la première collectivité publique de Suisse à avoir été certifiée avec le label Bourgeon.

Quels sont concrètement les enjeux ? Il s’agit, par exemple, de renoncer aux pesticides de synthèse et aux engrais chimiques. On privilégie le désherbage manuel ce qui nécessite de réfléchir à certains aménagements qui aujourd’hui pourraient l’empêcher. Il faudra recourir à des engrais organiques pour les massifs floraux et se procurer des graines et des plantons labellisés bio ainsi que produire son propre compost qui serait aussi mis à disposition des habitants.

Nous demandons au Conseil communal de mettre en évidence les critères encore manquants pour obtenir ce label. La Commune de Cortaillod n’en est peut-être pas très éloignée. Il est encourageant de voir que ses employés en charge de nos espaces verts plantent des fleurs de décoration adaptées aux conditions climatiques de la région, fauchent des surfaces de prairie pour favoriser les fleurs de prairies maigres, s’occupent des bords de routes, des talus, des vergers, des haies afin de favoriser la flore et la petite faune, donc la biodiversité. Pourtant, nous les élus, avons la responsabilité de trouver des réponses locales encore plus ambitieuses aux enjeux globaux que sont l’érosion de la biodiversité et la pression exercée sur la nature par l’urbanisation croissante et par l’usage de produits nuisibles pour la faune et la flore.

Une commune a un devoir d’exemplarité. Nous espérons que cette démarche, si elle est acceptée par vous ce soir, encourage d’autres communes à en faire de même. C’est tout aussi valable pour les particuliers qui seront ainsi interpelés et tentés d’appliquer un régime plus respectueux de la nature dans leur propre jardin.Je vous remercie de votre attention ».

Intervention de M. Gaëtan Linder, conseiller général Vert

« Monsieur le président, Mesdames, Messieurs, je me permets juste d’avancer que tous les produits phytosanitaires vont dans la terre et irrémédiablement finissent dans les eaux claires ou les eaux usées. S’ils finissent dans les eaux usées, ils terminent irrémédiablement dans la Step qui ne filtre pas les micropolluants. S’ils finissent dans la terre, ils se transforment irrémédiablement en micro-organismes qui finissent dans nos corps et qui apportent des maladies. Ce qui finit dans les eaux claires va irrémédiablement dans le lac. Dans la nature, l’eau termine irrémédiablement dans nos corps et les micro-organismes transmettent malheureusement des maladies. Dans les lacs actuellement, on trouve plein de produits, comme des médicaments.

Je pense que quand une collectivité ou un village comme le nôtre commence à montrer l’exemple, cela peut donner facilement la possibilité aux autres communes de suivre Cortaillod, et Cortaillod c’est une déjà belle vitrine, pourquoi ne pas encore l’améliorer ».