Encourager la recherche “Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse”

Agroscope, qui dépend de l’Office fédéral de l’Agriculture, regroupe les stations de recherche agronomiques suisses. Malgré des signaux positifs, ses efforts de recherche sur l’agriculture biologique restent largement insuffisants.

Agroscope est chargé  de nombreuses tâches de contrôle, de surveillance et d’homologation en matière agricole. Il participe également aux recherches sur l’agriculture et à l’élaboration de bases de décisions pour la législation. Ces activités concernent en particulier les produits phytosanitaires, essentiellement de synthèse, mais aussi naturels ou bio.

Or, les moyens d’Agroscope sont régulièrement revus à la baisse par les autorités. Les tâches de mise en œuvre de la législation étant prioritaires, les programmes de recherche voient leurs budgets diminuer. L’interdiction des pesticides de synthèse permettrait de réallouer les ressources qui leur sont dévolues au profit de projets plus écologiques.

Bien qu’il ait signé avec plus de vingt institutions de recherche européennes un “Memorandum of Understanding” pour promouvoir un système agricole et alimentaire européen durable, Agroscope ne consacre encore que quelques pourcents de ses activités à la recherche pour l‘agriculture biologique et un peu plus sur l’écologie et la limitation des produits phytosanitaires.

Agroscope collabore toutefois avec l’un des principaux instituts mondiaux privés de recherche sur l’agriculture biologique : le FiBL, d’origine suisse, qui y emploie actuellement 200 personnes. Actif également en Allemagne, en Autriche et en France, le FiBL est aussi  représenté auprès des instances européennes.

Une petite partie de la recherche agronomique a déjà pris le chemin du « sans pesticide de synthèse », mais de gros efforts restent à faire. Alors, soutenons cette transition!

Rédacteur:

François Perret

1958, La Chaux-de-Fonds

Ingénieur en arboriculture