La première session d’une année cruciale pour une reprise durable

Lors de la prochaine session, Fabien Fivaz sera rapporteur de commission sur deux dossiers: la loi sur la protection des mineur-e-s dans les secteurs du film et du jeu vidéo ainsi que pour la loi sur la circulation des espèces de faune et de flore protégées. Il déposera plusieurs interventions parlementaires, dont une interpellation sur la régulation des armes autonomes ainsi qu’une initiative parlementaire pour permettre aux employé-e-s d’exiger une augmentation ou réduction du temps de travail, sous certaines conditions. Céline Vara étant en congé maternité, elle ne prendra part que partiellement à cette session.

Fabien Fivaz sera rapporteur de commission de la loi sur la protection des mineur-e-s dans les secteurs du film et du jeu vidéo. Il défendra la position de la commission, qui vise à introduire de nouvelles dispositions légales pour protéger les mineur-e-s contre les contenus inappropriés de films et jeux vidéo, notamment la promotion des compétences médiatiques et la prévention, ainsi que la limitation des microtransactions. Il sera également rapporteur de commission de la loi sur la circulation des espèces de faune et de flore protégées. Il défendra, au nom de la commission, le renforcement des sanctions en cas de commerce illicite d’espèces menacées.

Il interviendra au nom du groupe parlementaire des Verts dans le cadre du débat sur l’initiative pour l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine. A cette initiative, trop extrême, le groupe des Verts a proposé un contre-projet, rejeté par la commission. Le groupe des Verts regrette ce refus. Cette déception est toutefois atténuée par le lancement, au début du mois, d’un Programme national de recherche visant à étudier des alternatives à l’expérimentation.

Fabien Fivaz déposera plusieurs objets lors de cette session. Il posera des questions sur les obstacles à la mise en service de bus électriques sur les lignes régionales. Une autre question concernera le nombre de collaborateurs/trices de l’État-major de l’armée travaillant pour l’industrie militaire. En outre, il déposera une initiative parlementaire visant à introduire l’obligation pour un-e employeur/se d’accepter une réduction ou augmentation du temps de travail d’un-e employé-e, sous conditions. Finalement, il interpellera le Conseil fédéral sur deux sujets: la régulation des armes autonomes, qui posent de clairs problèmes éthiques, et l’ordonnance sur les sols, pour savoir si elle remplit véritablement son rôle de protection.

Lire le communiqué au format PDF