L’équilibre financier : un but en soi ?

Le peuple revendique haut et fort un changement sociétal profond : préservation de l’environnement, égalité femmes-hommes, accès aux soins. Et pendant ce temps, les instances politiques cantonales s’obstinent à vouloir atteindre à tout prix l’équilibre financier ! Que ce soit au travers des comptes 2018, du rapport invitant le Parlement à se doter de mécanismes financiers encore plus rigides, ou via un programme d’impulsion, les enjeux sociétaux sont écartés et le peuple n’est pas entendu.

Comptes 2018 de l’Etat

« Le Conseil d’Etat nous promet un budget équilibré pour 2020. Quand on voit les difficultés qui ont été les siennes pour boucler les comptes 2018 avec un déficit de plus de 30 millions, malgré une conjoncture favorable et des réformes continuelles depuis une quinzaine d’années, ça laisse sceptique. » Patrick Herrmann, président des Verts neuchâtelois.

Les comptes 2018 n’ont pas suscité un grand engouement parmi les député-e-s vert-e-s. L’alignement des étoiles sur le canton parait favorable : l’économie va bien, le taux de personnes à soutenir diminue, des investissements fédéraux par milliards sont attendus et l’hôpital pacifié pourrait contribuer à un canton unifié. Pourtant les Verts NE remarquent qu’une trentaine de millions de francs manquent au canton alors que presque tous les autres cantons ont fait du bénéfice. Fait étonnant lorsque l’on constate que rien n’a été dépensé début 2018 faute de budget, que les investissements ont été une fois de plus bien timides et que les collaborateurs/trices de l’Etat sont toujours plus mis-es sous pression.

Intervention complète de Patrick Herrmann : Rapport 19.008 Comptes 2018 – PH

Programme d’impulsion

« OVNI politique, ce rapport ectoplasmique en forme de « gentleman agreement » entre partis gouvernementaux permet au Conseil d’Etat de sortir d’un chapeau de magicien 70 millions de francs. » Patrick Herrmann, président des Verts neuchâtelois

Le programme d’impulsion proposé par le Conseil d’Etat, rapport « tutti frutti », permet d’éviter les mécanismes rigides de freins dont le canton tient absolument à se doter. Il ouvre aussi la saison de la chasse aux subventions fédérales que les communes neuchâteloises peinent à obtenir. Enfin, il apparait comme une bonne opération de communication du Conseil d’Etat. Mais les Verts sont partagés. Ils apprécient certes le financement de projets intéressants, mais ne sont pas à l’aise avec l’idée de de devoir tricher avec les règles plutôt que d’en définir de plus cohérentes et adaptées. Par ailleurs, ce rapport mélange allègrement dépenses de fonctionnement et d’investissements, prêts, etc. distribuant des millions de francs à la louche là où habituellement chaque centime est discuté.

Intervention complète de Patrick Herrmann : Rapport 18.045 Progr d’impulsion PH

Dispositif de maîtrise des finances

En 2014, le Grand Conseil votait, contre l’avis des Verts, un durcissement des mécanismes financiers. Ils ne sont pas encore entièrement entrés en vigueur que le Conseil d’État propose déjà de les modifier, en les renforçant au passage. La Droite, avec l’accord du parti socialiste, propose même d’aller plus loin en obligeant l’État à amortir le découvert. Dès 2020, Neuchâtel ne devra pas présenter chaque année de comptes équilibrés, mais devra réaliser entre 4 et 5 millions de bénéfice. Vus les chiffres actuels et les cadeaux fiscaux octroyés, ces mécanismes conduiront irrémédiablement à des coupes dont les premières victimes seront, comme toujours, les plus fragiles. Les Verts s’opposeront à cette réforme scandaleuse.

Intervention complète de Fabien Fivaz : intervention_18033 FF

Communiqué de presse : 20190621 CP Verts – L’équilibre financier est-il un but en soi