Stop à l’invasion des plantes exotiques en ville de Neuchâtel!

Lors de sa session du 12 décembre 2017, le Conseil général de la ville de Neuchâtel devra prendre une décision concernant l’invasion des plantes exotiques. En effet, le groupe PopVertSol, représenté par le conseiller général Vert Edouard Jeanloz, a déposé un postulat dans ce sens.

PLANTES EXOTIQUES INVASIVES: DANGER !

Généralement en provenance de pays lointains, ces plantes présentent souvent l’attrait de l’exotisme: de belles couleurs spectaculaires, des formes originales, etc. Certaines de ces espèces introduites volontairement ou pas se révèlent à la longue particulièrement envahissantes et peuvent présenter plusieurs types de danger.
Danger pour la santé humaine: allergies notamment.
Danger pour l’économie: “mauvaises herbes” tenaces dans les cultures, déstabilisation des ouvrages et des berges de rivières, envahissement d’étangs, etc.
Danger pour l’environnement: envahissement de zones naturelles, y compris les réserves, disparition d’espèces et de milieux indigènes originaux.
Le processus d’envahissement n’est pas immédiat: il est lent, progressif mais exponentiel ! Lorsque l’envahissement est constaté: il est malheureusement trop tard pour agir ou la lutte revient très chère. Exemples: Aux Etats-Unis, des chercheurs ont estimé à 138 milliards de $, le coût dû à l’introduction des espèces animales et végétales. Au Québec, le coût direct de l’ambroisie (santé et lutte) est à ce jour de 49 millions de CHF.

POUR UNE ÉTUDE DE LA LUTTE CONTRE LES PLANTES EXOTIQUES INVASIVES

Il est de notre devoir, aujourd’hui, de les détruire parce qu’elles sont un danger pour l’équilibre de nos écosystèmes. Chaque pied représente une potentialité de 10 à 1000 voire 10’000 individus supplémentaires. En conséquence chaque pied, chaque population détruite, est un acquis important.

Le groupe PopVertSol, par l’intermédiaire du conseiller général Vert d’Edouard Jeanloz, demande au Conseil communal d’étudier la mise en œuvre de toutes les mesures de lutte nécessaires pour éradiquer les plantes invasives sur le territoire de la Ville de Neuchâtel et dans ses propriétés, ainsi que l’organisation d’une politique préventive d’information à la population sur les risques impliquées par ces dernières.